Vendée Globe : Alexia Barrier respire enfin !

Que cette semaine a dû être éprouvante pour la skipper de TSE-4myplanet. L'enchaînement de deux dépressions quasiment coup sur coup lui aura fait passer plus de six jours dans des conditions extrêmes.

"Après une dépression qui a duré un peu longtemps me voilà en route vers le Cap Horn. La nuit dernière c’était le passage d’un front qui a nécessité un peu de manœuvre pour essayer de gagner sur la route parce que le vent tournait et on a eu encore jusqu’à 35 noeuds", explique Alexia Barrier qui vient de passer le point Némo. Ce lieu situé sur les cartes nautiques à 48° 52’ de latitude sud et 123° 23’ de longitude ouest et tout simplement l’endroit le plus éloigné de toute terre sur la planète (près de 3 000 km). Mieux vaut ne pas connaître d’incident dans les prochains jours histoire de se rapprocher de l’Amérique du Sud.

Pendant ce temps, l’Azuréenne n’est pas seul car elle peut compter sur le soutien d’une autre skipper qui poursuit l’aventure hors course : "je pense qu’on peut s’attribuer avec Sam Davies le titre de, Queens of the Brise, parce qu’en ce moment ça dépote niveau vent. Tout va bien à bord à moins de 2 000 miles du Cap Horn ça c’est la bonne nouvelle. Dehors ces grisou, il fait super froid. Je viens de renvoyer de la toile", se réjouissait-elle enthousiaste à l’idée de pouvoir avancer dans des conditions plus saines.

Désormais il faut optimiser au mieux les bonnes conditions des prochains jours pour rattraper le retard accumulé cette semaine, avec dans la tête, l’objectif de boucler ce Vendée Globe dans environ 28 jours. Si l’opération s’annonce délicate, elle reste néanmoins toujours envisageable. Il faudra légèrement augmenter le rythme pour permettre au "Pingouin" de réaliser ce nouvel exploit.

Photo : Lou Kevin Roquais/Air Vide et Eau

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire