Vendée Globe : après les îles Kerguelen...

Les conditions étaient assez calmes aujourd'hui pour la sociétaire du département des Alpes-Maritimes. L'occasion de penser les plaies de TSE-4myplanet qui a été bien chahuté ces derniers jours.

Alors que les premiers ont changé de fuseau horaire. Désormais plus ils avancent, plus les journées vont se rallonger. C’est un peu comme vouloir qu’une journée dure 25h... Il n’y a que sur le Vendée Globe que cela est possible ! Une sensation très agréable pour les marins qu’Alexia Barrier connaîtra d’ici une bonne dizaine de jours. Pour l’instant, la skipper a dépassé les îles Kerguelen mais le petit groupe qui l’accompagnait à l’arrière a explosé en vole.

Désormais, la niçoise se retrouve légèrement esseulée en 25e position à un peu plus de 100 milles derrière sa copine Miranda Merron qui connaît visiblement des problèmes de pilote automatique.

En prenant une option plus sud, Alexia Barrier se rapproche de la zone des glaces à ne pas franchir mais où les conditions semblent meilleures pour naviguer. En opérant ce changement de cap, elle évitera le coeur d’une petite dépression qui lui offrira des vents aux alentours de 15 noeuds en moyenne.

En 24h, TSE-4myplanet a parcouru près de 500 km avec une moyenne de 11 noeuds ce qui prouve que la Maralpine ne chôme pas à bord malgré son petit problème de femelots, une pièce sur laquelle est fixée l’hydrogénérateur essentiel à la suite de son aventure qui devrait durer encore plus de 50 jours !

Photo : Lou Kevin Roquais/Air Vide et Eau

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire