Vendée Globe : en route pour l’Équateur

Il est tout proche, à une petite dizaine de miles, ce fameux Équateur déjà franchi le 25 novembre dernier. À l'aller, 17 jours avaient été nécessaires pour passer dans le sud depuis le départ des Sables d'Olonne.

C’est approximativement le temps visé par l’équipe de TSE-4myplanet pour conclure cette belle aventure riche en émotion. Mais désormais il faut bien négocier le Pot au Noir. Situé entre le 5° et le 10° nord et le 5° et le 10° sud, le Pot au Noir est une zone encore redoutée des marins qui y naviguent en compétition. Un endroit dans lequel la convergence de deux masses d’air provoque soit des conditions chaotiques ou une pétole qui peut durer plusieurs jours.

Actuellement, les conditions semblent praticables avec des vents aux alentours des 10 noeuds et une grosse zone de pétole à l’Est qu’il faut à tout prix éviter pour ne pas revivre les mêmes événements qu’en fin de semaine dernière. Une période qui n’avait pas été simple à négocier malgré la beauté des paysages. "Y a des moments où je me marre toute seule dans le bateau, y a encore des moments où je crie, je pleure, y a encore des phases difficiles. La plupart du temps j’ai le sourire et ça se passe bien, mon bateau va bien, moi aussi. Donc, c’est plutôt sympa de naviguer au large du Brésil, les conditions sont bonnes, le bateau ne tape pas, c’est assez chouette. Je sais qu’après l’équateur ce sera un peu plus musclé, mais il n’y aura plus beaucoup de miles, donc ça va passer tout seul", se languit tout de même Alexia qui émet régulièrement le souhait de retrouver ses proches à terre.

Un manque qui s’est réveillé au moment du passage au Cap Horn sous les yeux de certains membres de sa famille et de son équipe qui lui avaient fait là une belle surprise. Rendez-vous dans une quinzaine de jours pour vivre de belles retrouvailles !

Photo : Lou Kevin Roquais/Air Vide et Eau

A.C

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire