Vendée Globe : esquiver la "pétole"

Alors que les conditions restent très changeantes au large de l'Argentine, Alexia Barrier enchaîne les manœuvres pour éviter de tomber dans des zones sans vents appelés "pétoles". Une hantise pour tous les skippers.

Trouver le bon courant, éviter les trous d’air, voici le nouveau quotidien d’Alexia Barrier depuis son retour dans l’Atlantique. "J’ai réussi à me positionner rapidement après les Malouines (Îles Falkland au sud-est de l’Argentine) à rester au pressé, on va dire en montant plus au nord plus à gauche parce que j’ai observé ça juste avant le Cap Horn. Pas mal de gens se sont fait ’empétoler’ en abattant un peu après les Malouines en se disant ouais c’est cool, on va faire le schéma habituel en allant chercher l’anticyclone et ensuite virer de bord. Finalement ça ne se passe pas comme cela parce qu’il un énorme anticyclone, beaucoup de pétole. Je croise les doigts, normalement je n’aurais et je n’ai pas eu de vents en dessous de dix noeuds depuis les Malouines donc c’est plutôt chouette. Par contre c’est du près donc ça tape un petit peu dans les vagues mais rien à voir avec ce qu’on a eu ces derniers jours, c’est incomparable."

Une situation qui reste malgré tout assez usante sur le plan physique puisqu’il faut sans cesse changer de bord après les différentes actualisations des fichiers météo. "C’est moins stressant la remontée se passe plutôt bien jusqu’à présent, j’ai même un peu de chance par rapport à Samantha qui est juste devant moi. Elle s’est fait avoir dans des trous avec moins de vents depuis quelque temps. Pour le moment je suis assez satisfaite de mes choix", se vante-t-elle à juste titre puisqu’elle se rapproche petit à petit de son amie britannique qui navigue hors course.

La route est encore longue et il faudra attendre la fin du mois de février voir le début du mois de mars pour voir Alexia Barrier poser pied à terre. Encore 9 700 km la sépare des Sables d’Olonne.

Photo Alexia Barrier

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire