Vendée Globe : "je suis passé dans tempête absolument monstrueuse"

Elle n'a jamais été aussi proche de l'objectif. Franchir enfin ce fameux Cap Horn. L'objet de toutes les convoitises et questionnements avant le départ. Une délivrance qui devrait intervenir d'ici quelques heures à peine !

Il se mérite le franchissement du Cap Horn et ceux quelle que soit la position dans la flotte. Sam Davies, qui navigue hors course, a connu ce bonheur-là hier après-midi (16h17 TU) en passant à une trentaine de milles de la terre de feu. Un peu plus loin, notre locale de l’étape devrait être la prochaine à passer le mythe. Hier soir elle n’était plus qu’à 50 miles nautiques de l’objectif.

"On approche bientôt du Cap Horn, ça y est. En attendant le vent à tourné et je suis passé dans une tempête absolument monstrueuse, mais vraiment. Je pense que le coup de vent d’hier était le pire en terme d’intensité de vagues pourries déferlantes depuis dix jours. Je me suis fait emmener dans tous les sens par ses fronts et ses dépressions ou alors c’est parce que je suis fatigué je ne sais pas" , explique l’Azuréenne qui en aura vu des vertes et des pas mûres dans le Pacifique.

Mais pour l’aborder de la meilleure des manières, Alexia Barrier doit s’armer de patience en espérant que le vent qui lui a fait passer plusieurs nuits blanches, se décide à être de son côté. "Derrière moi je vois les montagnes enneigées. Peut-être que je ferai un virement de bord ou que le vent va tourner ? Je ne sais pas, mais j’y arriverai un jour ne vous inquiétez pas, ce n’est plus très loin. À moi l’Atlantique", se réjouit-elle.

Pour ce passage si important dans sa course, la Maralpine devrait finalement être accompagnée par Ari Huusela qui s’est rapproché à moins de 50 miles également en empruntant une route beaucoup plus directe. Comme quoi il n’y a pas que devant que la course fait rage !

Photo : Lou Kevin Roquais/Air Vide et Eau

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire