Vendée Globe : la recherche, l’autre engagement d’Alexia Barrier

Le Vendée Globe c'est avant tout de la compétition, des émotions, mais pas que... Tous les quatre ans, cette course unique au monde et aussi l'occasion de faire avancer la recherche. Un engagement pris par Alexia Barrier avant le départ.

Ambassadrice "Green Deal" pour le Département des Alpes-Maritimes, la navigatrice a embarqué avec elle avant le départ du matériel scientifique. Cela doit permettre à des scientifiques- chercheurs d’étudier les courants marins et les évolutions climatiques dans des endroits assez reculés où l’on manque de données.

Avant-hier, la Maralpine avait déjà lâché dans la partie sud de l’océan Atlantique une bouée météo drifter. Une bouée qui permet de mieux analyser les conditions météorologiques dans cette région ou les vents et les courants semblent difficilement appréhendables. "Ça fonction est de collecter des données météos et océanographiques (température, courant de surface, pression atmosphérique) tout en étant attachée à une ancre flottante", explique Alexia très engagée dans la cause écologique qu’elle défend à bord de "TSE-4myplanet".

Hier rebelote, et c’est en direct que la skipper a envoyé une balise Argo à la mer. Cette fois-ci, la mission est plutôt éducative puisqu’elle doit permettre à des enfants de comprendre la météo et les courants marins en suivant son signal dans l’océan. "C’est très important à notre petite échelle de contribuer à ce challenge global qu’est la préservation de la planète. Je suis ravie d’avoir fait ce geste aujourd’hui, c’est super motivant, confiait la locale de l’étape.

Deux actions symboliques et fortes de sens dans cette traversée d’Est en Ouest de l’Atlantique Sud. Une traversée qui se passe pour l’instant à merveille et qu’Alexia aborde avec beaucoup de prudence après les récents événements qui ont touché plusieurs marins sur la course (abandon de Kévin Escoffier et contact avec un ofni pour Sam Davis en difficulté sur son monocoque endommagé).

Direction le Cap de Bonne-Espérance pour une Alexia Barrier délestée de deux appareils de mesure, mais qui devrait faire de nouvelles actions pour la planète dans les 36 200 km qu’il lui reste à parcourir !

Photo : Lou Kevin Roquais/Air Vide et Eau

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire