Vendée Globe : le soleil du Brésil laisse place à la fraicheur du grand Sud

Il ne reste plus que 29 bateaux en compétition depuis l'annonce de l'abandon de Sébastien Simon victime d'une avarie sur son foil droit causé par un Ofni. Désormais place au toboggan du grand Sud !

Alexia Barrier entame un moment clé de sa course. En approchant de la pointe de l’Afrique du Sud, la Maralpine va devoir composer avec des vents tourbillonnant qui nécessiteront une vigilance accrue. Pour preuve ils sont déjà nombreux à y avoir laissé des plumes (Alex Thomson, Kévin Escoffier, Sébastien Simon ou encore Sam Davis qui est obligée de ralentir l’allure après avoir endommagé son IMOCA).

Un délicat donc qu’elle s’apprête à passer avec son acolyte Miranda Merron qu’elle ne quitte plus depuis le départ de la course. Une manière de se soutenir et d’être présente l’une pour l’autre en cas de problème. Mais il est encore temps de prendre quelques forces avant de se jeter dans la bataille et d’affronter des vents pouvant atteindre 40 nœuds et des vagues de plusieurs mètres de hauteur.

"Ah le voilà finalement (le soleil) ! Il a dû se glisser sous la couette de nuage pour que je puisse l’apercevoir, se réjouissait Alexia Barrier. À bord de TSE 4myplanet tout va bien. Ce fut une journée d’adaptation au début du défilé des palettes de gris, fini le bikini ! " Si on en croit les prévisions météo, devrait passer de 26°C le long des côtes brésiliennes à un petit 10°C dans quelques jours ! Une donnée importante sur le plan psychologique à laquelle se préparent tous les marins si la plupart sont des habitués de ces changements climatiques.

En un peu plus de 26 jours de course, Alexia a déjà fait plus de 11 000 km depuis le départ des Sables d’Olonne et avance toujours à une vitesse moyenne d’une dizaine de nœuds en 24e position !

Photo : Lou Kevin Roquais/Air Vide et Eau

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire