Vendée Globe : on souffle un peu à bord de TSE-4myplanet

La nuit a été bonne pour Alexia Barrier après presque une semaine de conditions très difficiles ! Skipper et bateau ont besoin de recharger les batteries.

Un Vendée Globe n’aura jamais été aussi serré. Devant ils sont encore une dizaine a pouvoir prétendre à la victoire. À l’arrière, légèrement décroché par ses deux compères, Miranda Merron et Clément Giraud, la Maralpine n’a pas dit son dernier mot : "Je m’accroche, je ne vais pas laisser Miranda et Clément partir trop loin devant ne vous en faites pas." Une promesse tenue car hier soir, l’IMOCA noir et rose pointait à seulement 60 milles de Miranda et 30 milles de Clément.

Le petit écart était en partie dû à un ralentissement anticipé pour réparer avant-hier, les pieds dans l’eau à 6°C, son système d’attache pour l’hydrogénérateur. Une manœuvre qui ne lui a pas fait perdre beaucoup de temps, mais suffisamment pour créer un écart avec ses compagnons de route.

Mais aujourd’hui c’était repos sur l’ancien monocoque de Catherine Chabaud : "je n’ai fait que dormir et manger pour prendre des forces après ces quelques jours passés dans le front, j’en avais bien besoin. C’est usant l’Indien par moment, mais hier il faisait super beau c’était canon."

Désormais il faut reprendre des forces pour affronter la fin de l’Indien avant d’entrer dans le Pacifique probablement pour le nouvel an ! Bonne nouvelle, Alexia Barrier a franchi le cap symbolique des 20 000 km effectués hier matin. Aller plus que 27 000 km avant de rentrer au port !

Photo : Lou Kevin Roquais/Air Vide et Eau

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire