Vendée Globe : rencontre dans l’Indien

Côte à côte depuis le départ de la course, Miranda Merron et Alexia Barrier se sont rapprochés à quelque milles l'une de l'autre avant d'affronter des conditions difficiles dans la journée.

Après 37 jours de mer, ça doit faire du bien de se rendre compte que l’on n’est pas seul dans cette belle galère qu’est le Vendée Globe. Les deux amies de la flotte Alexia Barrier et Miranda Merron qui évoluaient assez proche l’une de l’autre depuis le départ de la course ont opéré un rapprochement presque volontaire hier en milieu d’après-midi.

Une situation qui va leur permettre d’aborder plus sereinement les conditions météorologiques qui s’annoncent plus compliquées aujourd’hui et demain. "C’est trop canon de voir quelqu’un ! On s’est parlé sur Whatsapp parce que ma VHF n’est pas terrible. Elle n’est pas loin s’est génial on va faire la course ensemble c’est géniale", se réjouit la skipper de TSE-4myplanet. "On se repose parce que cette nuit (ce matin) ça va déboîter. La machine à claque va se mettre en route. Je redoute un peu ce moment mais on est prêt à affronter ce vent fort."

Les deux féminines pourront également compter sur le soutien de Jérémy Beyou qui a pris la tête du petit groupe de retardataire. Toujours est-il qu’il faudra, pour ce dernier groupe, garder un œil averti sur la zone des Kerguelen, qu’une dépression très velue s’apprête à visiter. De la même manière, Christian Dumard (Great Circle), le monsieur Météo du Vendée Globe, a déjà posé l’autre œil sur l’activité cyclonique qui s’agite, du côté des Fidji.

Prudence donc pour les concurrents qui avance à faible allure pour l’instant (5 noeuds de moyenne pour TSE-4myplanet).

Photo : Lou Kevin Roquais/Air Vide et Eau

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire