Vendée Globe : une bonne moyenne pour Alexia Barrier

Alors que ce 20e jour de course a été marqué par l'abandon de l'ultra favori de la course, le gallois Alex Thomson, qui naviguait avec un des huit IOMCA neufs de la flotte, derrière les anciens monocoques font de la résistance.

"Rien ne sert de courir, il faut partir à point" ! Après Jérémy Beyou, obligé de faire demi-tour pour réparer, c’est cette fois à l’autre grand favori de ce Vendée Globe de dire adieu à la victoire. Contraint à l’abandon, Alex Thomson connu pour être "une tête brûlée dans le milieu de la voile en amenant des bateaux de très haute technologie dois une nouvelle fois renoncer à son rêve de tour du monde.

Comme quoi il n’y a pas que l’argent qui fait la différence ! Avec moins d’un million d’euros de budget, TSE-4myplanet, soutenu par le Département des Alpes-Maritimes continu son petit bout de chemin avec des objectifs bien différents. Ambassadrice "Green Deal", la navigatrice a embarqué du matériel scientifique qui va permettre à des chercheurs d’étudier les courants marins et les évolutions climatiques dans des endroits assez reculés où les scientifiques manquent de données.

Mais Alexia Barrier n’en reste pas moins une compétitrice avec pour objectif de boucler ce premier tour du monde en moins de 90 jours ! Une mission qui sera difficilement réalisable à cause des conditions météos peu favorables dans les premiers jours de course. Sauf que sur le Vendée tout est possible et la tendance peut rapidement s’inverser avec des vents intéressants comme ceux rencontrés actuellement dans les Alizés du Sud.

À ce petit jeu, Alexia a réalisé une bonne journée avec pas moins de 320 milles marins (600 km) avalés en moins de 24H ce qui représente la meilleure vitesse parmi la deuxième moitié des concurrents. Il lui reste encore 38 400 km à parcourir dans cette aventure.

Photo : Lou Kevin Roquais/Air Vide et Eau

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire