Vendée Globe : vents contraires

La dépression attendue hier touche actuellement les bateaux à l'arrière de la flotte. Une bonne nouvelle a priori, hormis si les vents ne sont pas dans le bon sens...

Ils sont encore dix dans la remontée de l’Atlantique à braver les éléments pour en terminer avec cette édition particulièrement musclée du Vendée Globe. Un petit groupe de six monocoques est en approche à environ 1 300 miles des Sables d’Olonne. Toujours est-il que plus de la moitié des compétiteurs sont désormais arrivés en moins de 90 jours de course ce qui constitue un nouveau record. Reste donc à savoir si les derniers termineront sous la barre de 104 jours, temps qui avait été nécessaire à Alessandro Di Benedetto en 2013 pour terminer son tour du monde en dernière position.

Cela signe qu’il ne reste que 14 jours à Alexia Barrier et Ari Hussela pour avaler les 4 400 derniers miles. Mais à seulement 200 miles parcourus en 24 heures, il en manquera un peu à TSE-4myplanet afin de conclure dans les temps. La date d’arrivée estimée a d’ailleurs légèrement augmenté pour passer aux alentours de la fin de la première semaine de mars. Sauf si les vents se décident à enfin être plus favorables. Car pour le moment ce n’est clairement pas le cas. La Maralpine est aux prises avec une dépression qui lui donne des vents contraires depuis hier matin.

Une difficulté supplémentaire qui a nécessité un nouvel empannage pour faire route à l’Est en direction de Salvdor de Bahia, ville dont Isabel Joschke a quitté le port hier entre Sam Davies et Alexia. Décidément qu’elle est longue, est difficile cette remontée des Alizés du Sud. Un peu à l’image de ce Vendée Globe édition 2020-2021 !

Photo : Alexia Barrier

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire