Cyclisme : du très lourd sur le Tour des Alpes-Maritimes et du Var

La 53e édition du Tour des Alpes-Maritimes et du Var débute le 19 février. De nombreux coureurs de classe internationale devraient être présents sur l'épreuve.

La présentation de la 53e édition du Tour des Alpes-Maritimes et du Var s’est déroulée au sein des locaux du département des Alpes-Maritimes. Pour l’occasion, de nombreux représentants et élus étaient présents. Charles-Ange Ginésy, président du Conseil Départemental, Vanessa Siegel, vice-présidente du Département en charge des sports, ou Jean Leonetti, président de la communauté d’agglomération de Sophia Antipolis et maire d’Antibes, se sont tour à tour exprimés sur le déroulé de l’épreuve. "Les Alpes-Maritimes veulent porter cette épreuve, note Charles-Ange Ginésy. On a cette volonté de faire découvrir cette épreuve régionale de très haut niveau. Cette 53e édition possède de très belles étapes et un plateau exceptionnel. Dans ces temps difficiles, le cyclisme est un temps de respiration."

S’adapter aux conditions sanitaires

En ce début de saison, de nombreuses épreuves de cyclisme ont été annulées à cause de la Covid-19. Malgré cette épidémie, le Tour des Alpes-Maritimes et du Var aura bien lieu, du 19 au 21 février. Les conditions seront néanmoins exceptionnelles. "Ce sera une année particulière. Il n’y aura pas de spectateurs dans les zones de départ et d’arrivée, détaille Frédéric Maistre, responsable des évènements chez Nice-Matin, l’organisateur de la course. Pour l’instant, nous n’avons pas de consignes particulières pour les cols. Sur le long du parcours, il faudra porter le masque, et ne pas être regroupés à plus de 6 personnes." Des conditions restrictives, mais nécessaires au bon déroulement de l’épreuve.

Le parcours et les engagés

Trois étapes sont au programme. La première reliera Biot à Gourdon le vendredi 19 février (186,8 kilomètres). Une fin d’étape difficile, avec la triple ascension du Col de Gourdon (8 km à 4,5%). La seconde étape, le samedi 20 février, sera une boucle autour de Fayence (177,4 km). Pour conclure, la troisième étape aura lieu le dimanche 22 février, avec une boucle autour de Blausasc (136 km). Il s’agit certainement de l’étape reine, avec les ascensions du Col de Saint-Roch, du Col de Braus et du Col de la Madone, des ascensions de 1re catégorie.

Concernant les engagés, cette 53e édition possède un plateau grandiose. 22 formations seront au départ. L’équipe britannique INEOS-Grenadiers devrait présenter Geraint Thomas, vainqueur du Tour de France 2018, et Tao Geoghegan Hart, vainqueur du Tour d’Italie 2020. Le tenant du titre de ce Tour des Alpes-Maritimes et du Var, Nairo Quintana (Team Arkéa-Samsic), devrait être de la partie, tout comme le dernier champion olympique, le Belge Greg Van Avermaet (AG2R Citroën Team).

L’avis des spécialistes

Gérard Holtz (parrain de la 53e édition du Tour des Alpes-Maritimes et du Var) : "C’est un honneur d’être parrain de cette grande épreuve. Le parcours est très spectaculaire. On va avoir droit à une grande course. La route est étroite. On me parle de pourcentages allant de 15 à 18 %. Il faut non seulement être puncheur, mais aussi être un vrai grimpeur. La preuve avec la victoire de Quintana l’an dernier... Avec cette troisième étape très difficile, je pense que la victoire va revenir à un grimpeur. Il va falloir être très fort. Ceux qui vont débuter leur saison ici, et qui sont un peu juste physiquement, pourraient être en grande difficulté. On va se régaler pendant trois jours."

Amaël Moinard (consultant France Télévisions) : "C’est assez vallonné. Les deux premières étapes sont pour les puncheurs. On va voir les meilleurs grimpeurs sur la troisième étape. Cela va être propice au spectacle, avec les meilleurs coureurs mondiaux. Sur les deux premières étapes, je suis persuadé que l’on va voir de supers coureurs français briller. Je pense à David Gaudu, Valentin Madouas ou Rudy Molard, pour la Groupama-FDJ. Chez AG2R, il y a aussi Aurélien Paret-Peintre, le récent vainqueur du GP La Marseillaise, qui sera forcément présent, et le Niçois Clément Champoussin. C’est une course qui permet de révéler des talents. J’espère que l’on va voir des français gagner au moins l’une des trois étapes."

Crédit : Departement06

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire