Le Nice Cavigal Handball crée l’exploit !

La tâche s'annonçait ardue pour le Cavigal, au moment de recevoir le leader du championnat de Proligue, Saran. D'autant plus que les Niçois étaient privés de leur capitaine, l'arrière gauche espagnol Joan Amigó Boada.

Neuf victoires en onze rencontres. Tel est le bilan de la formation de Saran Loiret. 8e du championnat avant cette douzième journée de Proligue, le Cavigal Nice Handball s’attendait donc forcément à une rencontre délicate. Mais les protégés de l’entraîneur Asier Antonio ont livré une grande prestation.

Les Saranais donnent rapidement le ton avec une réalisation longue distance de l’arrière gauche brésilien Uelington Ferreira Da Silva. Le début de match est compliqué pour les Niçois. Mathieu Diaz écope de deux minutes après une poussette dans le dos. L’arrière droit de Saran, Quentin Eymann, creuse l’écart sur un tir à l’entrée de la surface (0-2, 3e).

Mais le Cavigal rentre enfin dans sa partie, dans le sillage de son international argentin Manuel Crivelli. Le demi-centre niçois trouve la faille dans la défense adverse, puis il provoque un jet de sept mètres transformé par l’ailier gauche Jérémi Pirani (2-2, 5e). Dans un début de rencontre haché par les coups de sifflet de l’arbitre, les Niçois s’en tirent le mieux. Alexis Bon, sur une attaque placée, et Jürgen Rooba, en contre-attaque, donnent l’avantage au Cavigal pour la première fois de la rencontre (4-3, 7e).

Les locaux se montrent très solides en défense face à une formation désemparée par le pressing niçois. Les Azuréens creusent un premier break grâce aux deuxièmes buts de Bon, après un superbe lob sur le gardien, et de Crivelli, toujours en contre-attaque (7-4, 11e). Cela oblige le coach visiteur, Fabien Courtial, à prendre un premier temps-mort.

Un temps-mort bien venu pour les visiteurs. Saran repart de l’avant grâce à la puissance du pivot Hadrien Ramond, auteur de deux buts consécutifs (7-6, 12e). Mais les Niçois se montrent diablement efficaces. Ils se montrent patients, font circuler la balle intelligemment et finissent par trouver l’ouverture sur l’aile gauche de Pirani, auteur de son troisième but (9-6, 14e).

Les deux formations se répondent coup sur coup. Les visiteurs se rapprochent au score après un jet de sept mètres de Théo Avelange-Demouge, et un but de Ferreira Da Silva (9-8, 16e). Les visiteurs parviennent même à égaliser suite à une réalisation de Ramond, dont la puissance fait des ravages (10-10, 18e).

Cependant, les Niçois réagissent bien. Bon se montre intraitable à longue distance, et le pivot Théo Gaspari redonne de l’air aux siens après une perte de balle des Saranais (12-10, 20e). Les deux équipes sont très efficaces en attaque. Avelange-Demouge, l’ailier droit de Saran, égalise après deux nouveaux jets de sept mètres (13-13, 23e).

Mais, encore une fois, Nice repart de l’avant. Après une magnifique action individuelle de l’arrière gauche Matthieu Limousin, Pirani creuse à nouveau l’écart sur jet de sept mètres (15-13, 27e). Avec 74% de réussite au shoot en première période, les jeunes niçois prennent même le large suite à un but de Baptiste Gaillard, parfaitement décalé sur son aile droite (16-13, 28e). À la pause, le Cavigal crée la surprise (17-14).

Une seconde période parfaitement gérée

Contrairement à la première période, les locaux attaquent la seconde mi-temps tambour battant. Gaspari, de près, permet aux Niçois de prendre le large (18-14, 31e). Eymann, l’arrière droit de Saran, écope de deux minutes, ce dont profite Limousin pour corser l’addition (19-14, 33e).

La seconde période est beaucoup plus serrée. Les deux gardiens, Gretar Ari Gudjonsson, pour Nice, et Nicolas Gauthier, pour Saran, se montrent décisifs à plusieurs reprises. À ce petit jeu, cela profite aux locaux, bien en place défensivement et très précis en attaque dans le sillage d’un Alexis Bon de gala, auteur de 8 buts à 100% au shoot (24-19, 43e).

Saran amorce un premier rapproché. L’ailier gauche espagnol Jordi Deumal réduit une première fois l’écart sur contre-attaque, puis Eymann, à longue distance, rapproche les visiteurs (25-22, 47e). Moment alors choisi par le gardien islandais du Cavigal, Gudjonsson, de sortir le grand jeu avec une somptueuse double parade devant Avelange-Demouge et Deumal.

Malgré cette belle parade, les visiteurs continuent de grignoter au tableau d’affichage. Le demi-centre belge Robyns, et ce diable d’Avelange-Demouge permettent à Saran d’y croire à l’amorce de la fin de la rencontre (26-24, 50e).

Malgré ce petit passage à vide en attaque, les Niçois repartent de l’avant. Le pivot Axel Oppedisano redonne de l’air aux siens après un jet de sept mètres (29-26, 54e). Pirani, une nouvelle fois décalé sur son aile, donne une petite marge aux siens (30-26, 55e).

Les Niçois finissent même par s’envoler avec des nouveaux buts de Pirani et Oppedisano. Au final, le Cavigal s’impose et tient un succès de prestige face au leader du championnat (34-29). Avec ce succès, les Azuréens tiennent certainement le match référence de leur saison. Ils devront désormais confirmer cette belle victoire à Angers, la semaine prochaine.

Réactions :

Alexis Bon (arrière droit du Cavigal Nice Handball) : "Après notre mauvais début de saison, on a fait plusieurs bons matchs. C’était une belle équipe en face, c’était le leader. Mais chez nous, on peut battre n’importe qui, et j’espère que cela va continuer. En plus, il nous manquait notre capitaine. On est très heureux ce soir. On est ambitieux, mais notre objectif principal est de se maintenir le plus rapidement possible pour pouvoir jouer libéré. Si on peut accéder aux plays-offs, tant mieux, mais on reste sur notre objectif du maintien."

Jérémi Pirani (ailier gauche du Cavigal Nice Handball) : "Honnêtement, je pense qu’ils avaient plus de qualités que nous. Ils ont un gros effectif, avec plus de rotations. Dès que l’on a baissé d’intensité, ils nous ont mis un rappel à l’ordre. On peut dire que c’est un exploit parce que le Cavigal n’est pas armé pour lutter pour les premières positions. On travaille dur, et gagner ce match est une consécration. La semaine prochaine, on va à Angers, un concurrent direct au maintien. Ce sera un match très important. On ne va pas négliger cette équipe. Ce n’est pas parce que l’on a battu Saran cette semaine que l’on va battre Angers la semaine prochaine. Chaque match est compliqué, surtout à l’extérieur. On va bien se reposer ce week-end et se remettre au travail dès lundi. Ce sera un match important, qu’il faudra gagner car c’est un concurrent direct."

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire