Handball (Proligue) : le Cavigal se balade face à Sélestat

Pour cette 21e journée de Proligue, le Cavigal Nice Handball recevait Sélestat à la salle Pasteur. Un match qui s'est soldé par une large victoire des hommes d'Asier Antonio, 34-23, avec notamment un Gretar Gudjonsson plus que déterminant.

L’objectif est simple ce soir pour le Cavigal : gagner contre Sélestat afin d’effacer les douloureux souvenirs de ses deux derniers revers consécutifs. Mission accomplie pour les troupes d’Asier Antonio qui ont fait le plein de confiance avant un nouveau déplacement après le week-end de Pâques.

Oppedisano en capitaine, Gudjonsson en patron

Après dix premières minutes équilibrées, les Niçois vont par la suite prendre le jeu à leur main. Les contres assassins de Jurgen Rooba, les frappes d’Axel Oppedisano et de Jérémi Pirani viennent récompenser le bon pressing du Cavigal (4-2 ; 7-4 ; 10-4). En face, Sélestat a du mal à se procurer des occasions et perd plusieurs ballons que les Aigles ne se privent pas d’exploiter.

Les Alsaciens se heurtent aussi à un Gretar Gudjonsson monstrueux. Le gardien niçois est l’auteur de dix arrêts durant ces trente premières minutes et permet à son équipe de distancer son adversaire du soir (14-5). Nicolas Minne, l’ancien niçois, trouve la barre transversale sur sept mètres. A la pause, les hommes d’Asier Antonio rentrent aux vestiaires sur ce large score indéniable de 18-7.

Domination niçoise du début à la fin

Si la première mi-temps était à sens unique, la seconde allait produire plus de jeu côté Sélestat, à l’image du capitaine alsacien, Antoine Gutfreund, auteur de six buts en seconde période (20-9 ; 22-13). Mais cela n’empêche pas les niçois de trouver les espaces, de les exploiter et d’user des ballons en profondeur à destination de Jurgen Rooba lancé à pleine vitesse et qui vient tromper Mehdi Harbaoui. Le gardien de Sélestat aura souffert durant toute la rencontre (25-13 ; 28-16).

Le Cavigal se balade en cette fin de match. Les Alsaciens sont dépassés par le jeu niçois. La fatigue se fait ressentir, notamment après un coup de folie : un but contre son camp de Grégoire Plat (Sélestat) à une minute du coup de sifflet final (31-20). L’arbitre siffle la fin de la partie, victoire écrasante de Nice, 34-23, face à Sélestat.

Réactions de fin de match

Voilà un succès qui permet d’oublier un peu les deux dernières défaites amères face à Cherbourg (31-32) et Valence (31-29).

"On avait à cœur de se rattraper de ses deux défaites, de se remobiliser et de montrer que nous sommes une équipe qui a de l’ambition. On voulait montrer à notre public qu’on pouvait y arriver et c’est chose faite ce soir. On est sur la bonne voie, il va maintenant falloir poursuivre durant ce mois d’avril qui s’annonce chargé pour nous." explique Axel Oppedisano qui a porté le brassard de capitaine ce soir en l’absence de Joan Amigo.

"On sort d’un confinement qui nous a impacté, à l’image de nos deux dernières défaites. On a travaillé toute la semaine pour faire un bon match ce soir. Je trouve que nous avons récupérer notre investissement et notre jeu." analyse le coach, Asier Antonio, qui souligne la vitesse de jeu dont ces joueurs ont fait preuve aujourd’hui.

Pour son prochain match, le Cavigal retrouve la 7e place du classement Proligue et se déplacera à Sarrebourg, mardi prochain.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Rédacteur

Laisser un commentaire