Ligue Magnus : Nice s’incline dans les dernières secondes

Après avoir remporté son match de reprise à domicile face à Bordeaux (4-1) la semaine dernière, Nice arrivait en confiance à Briançon. Des briançonnais en manque de rythme (leur dernier match remonte au 27 octobre) et de points (dernier du championnat avec un petit point en quatre rencontres).

En début de rencontre les Aigles multiplient les occasions. D’entré de jeu Ondrej Kopta va se créer une grosse opportunité. Les attaques prennent le dessus sur les défenses. L’occasion pour les gardiens de se mettre en évidence. Après une courte interruption de jeu dû à un problème de fixation des cages, Briançon est poussé à la faute et offre la première supériorité numérique à Nice. Un avantage dont ne profiteront pas les hommes de Stanislas Sutor. De l’autre côté les Diables rouges sont à la peine ne parvenant pas à rentrer en contrôle notamment dans la première passe. Un problème très probablement lié au manque de compétition pour les locaux.

Malgré la grosse pression niçoise en zone offensive, le score reste nul et vierge après les vingt première minutes de jeu. Face à ce manque de réalisme, on sent que les hommes en rouge sont capables à tout moment de créer la surprise comme à deux reprises sur le premier tiers-temps.

La partie s’équilibre

Au retour du vestiaire, Briançon montre de nouvelles intentions et se crée une belle opportunité qui termine dans le gant de Stojanovic. La réponse niçoise ne se fait pas attendre mais les tirs sont bloqués par la défense briançonnaise. Après avoir perdu trois palets dans la zone neutre, Nice se fait peur et doit s’en remettre une nouvelle fois à son gardien slovène.

En supériorité numérique en milieu de tiers-temps, les Aigles ne parviennent toujours pas à faire la différence. En fin de deuxième période, Nice se fait une nouvelle fois peur et s’en sort encore grâce à Stojanovic qui vient geler le palet après trois rebonds. Comme la semaine dernière, les niçois subissent en fin de deuxième tiers. Pour autant ils se procurent une troisième supériorité avant le break, malheureusement sans succès. Un manque de réalisme regrettable pour cette équipe réputé pour son gros caractère dont il va falloir faire preuve dans le dernier tiers-temps.

Une fin de match spectaculaire

Ce score de parité à l’entame des dernières minutes de jeu est finalement à l’avantage des joueurs à domicile qui maintiennent finalement toutes leurs chances de réussir un joli coup. En allant chercher des passes tendues, Nice s’offre une nouvelle opportunité bien stoppée par la muraille Patrick Munson. Les Aigles mettent la pression sur le gardien américain auteur d’un excellent match.

Dans le dernier quart d’heure, Briançon se retrouve pour la quatrième fois en infériorité numérique. Mais Nice va trouver le poteau à deux reprises ! Toujours pas de but dans cette rencontre qui monte petit à petit en intensité comme en début de match. Alors que les Diables rouges se procure une première supériorité numérique, Tomko Slamovir se met à la faute annulant ainsi l’avantage numérique.

À 10 minutes de la fin, les protagonistes se retrouvent même à quatre contre trois. En infériorité, Stojanovic sauve les siens grâce à un triple arrêt. Les fautes s’enchaînent des deux côtés à mesure que le temps défile. Quelques secondes plus tard, Briançon marque mais le but est refusé par les arbitres sur fond d’incompréhension après un palet mal bloqué par le gardien des Aigles. Première grosse alerte pour les hockeyeurs niçois qui vont subir un nouvel assaut de Jussi Nattinen qui place le palet sous la barre de Stojanovic à trente secondes de la fin.

Coup de massue pour les niçois qui ne s’en relèveront pas et pourront regretter les nombreuses supériorités numériques non-converties. Première victoire de la saison pour Briançon qui empêche les partenaires de Peter Hrehorčák de s’emparer de la tête de la Ligue Magnus.

Prochain rendez-vous pour le Nice hockey vendredi prochain à domicile face à Chamonix (18h)

Photo : Facebook Nice hockey.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire