" Le dossier" Sauvons le sport français" : 50 mesures pour la relance (4/6)

Le député des Alpes-Maritimes Cédric Roussel, président du groupe d’étude « Économie du sport » de l’Assemblée nationale et François Cormier-Bouligeon, président du groupe d’études "Sport", ont remis au Premier ministre Jean Castex 50 mesures pour relancer le Sport français.* A l’origine de cette initiative au nom évocateur, "Sauvons le sport", il y a la nécessaire relance économique du secteur sportif fortement impacté par la crise. Mais l’ambition des initiateurs est de donner une place centrale au sport dans notre société à travers le développement du sport scolaire, du sport en entreprises ou du sport-santé.

Développer l’enseignement de l’Éducation Physique et Sportive

21- Augmenter à 60 le nombre d’heures de formation à l’éducation physique sportive pour les futurs professeurs des écoles.

22- Mettre en place une concertation entre tous les acteurs concernés sur la place de l’éducation physique et sportive et de l’activité physique et sportive sur les temps scolaires, périscolaires et extrascolaires.

23- Repenser les futurs équipements sportifs scolaires : ouverture aux associations locales et intégration du mobilier sportif au sein de la classe.

24- Augmenter le budget du programme européen « Erasmus + Sport ».

Accélérer le développement du sport-santé

25- Porter à 500 le nombre de Maisons Sport-Santé à l’horizon des JOP 2024 et porter le budget de chacune d’entre elles à 100.000 euros.

26- Poursuivre la dynamique de prise en charge par la Sécurité sociale et les mutuelles des activités physiques et sportives prescrites sur ordonnance.

27- Ouvrir l’Agence nationale du Sport aux entreprises finançant le sport-santé (mutuelles et assurances).

Accélérer le développement du sport en entreprise

28- Généraliser le remboursement des licences sportives par les comités d’entreprise.

29- Introduire l’activité physique et sportive en entreprise dans les négociations professionnelles au niveau de l’accord national interprofessionnel ou des branches.

30- Exonérer de cotisations sociales les dépenses consacrées à l’organisation de manifestations sportives pour le compte des salariés dans l’entreprise.

31- Inscrire la promotion d’évènements sportifs dans l’entreprise au sein du prochain plan de santé au travail (PST 4).

32- Labelliser les entreprises investissant dans l’activité physique et sportive pour leurs salariés.

Partager

Laisser un commentaire