"Le sport selon Pape François"(3)

UN ESPRIT SAINT DANS UN SPORT SAIN Jean-Paul II, par son allant et sa ferveur, incarnait l’esprit sportif, François exprime aussi ce goût. Les récents propos du pape sur ce thème — le sport, l’olympisme — constituent néanmoins une intervention rarissime.

S’y révèle à haut niveau, exprimée toutefois avec simplicité et clarté, profondeur de champ et originalité visionnaire, une approche décalée, voire frappante, d’aspects courants du phénomène sportif.

Que le pape prenne l’initiative de livrer ainsi son point de vue témoigne de
l’importance à tous égards du sport dans la société et notamment dans sa
relation à la spiritualité.Les réponses du pape peuvent d’ailleurs apparaître comme l’ancrage d’une encyclique informelle et idéaliste.

Le pape souligne que la véritable conception olympique de la compétition, est
une philosophie volontariste et altruiste de la vie, dans le sens d’un épanouissement personnel mis au service d’une prospérité universelle.
Il va jusqu’à évoquer une foi sportive. Il fait remarquer que la défaite, par le retour sur soi, peut être constructive, voire source de victoire, à commencer par la victoire sur soi.

De fait, François met en avant sept valeurs pour définir et caractériser le sport.
A propos de ces vertus et principes, il importe d’observer l’existence et la
convergence flagrante et significative de multiples registres ou codes de valeurs, émanant d’époques, de cultures, de confessions religieuses, d’institutions ou de disciplines sportives diverses.

De même que le Panathlon, le judo est emblématique de cette culture des valeurs, s’inscrivant dans la tradition chevaleresque, qu’elle soit occidentale ou du Soleil Levant, préceptes formant le célèbre « Code moral », qui puise au Bushido et fut conçu sur la Côte d’Azur.L’intimidation par la violence, par exemple, constitue aussi la pire destricheries, aux antipodes du fair-play, donc du sport.

Jean-Gérard GUARINO, Vice-Président du Panathlon Nice Côte d’Azur

Partager

Laisser un commentaire