Montée en puissance de la fréquentation touristique

La saison estivale 2020 s’inscrira, sans surprise, en net retrait par rapport aux années précédentes. Toutefois, après un flux touristique quasiment à l’arrêt entre avril et juin, le rattrapage qui se produit actuellement atteint un rythme impressionnant. De très nombreux visiteurs arrivent depuis fin juin, essentiellement par la route et le train, alors que le retour de la clientèle aérienne s’avère bien plus lent.

Alors qu’à fin juin seulement 22% des chambres étaient réservées sur juillet, l’occupation hôtelière a atteint les 58% sur le mois (avec un parc ouvert en quasi-totalité), passant de 39% la première semaine à 72% en fin de mois. La rapidité du retour de la clientèle est donc remarquable avec des réservations à très courte échéance.

Sur les deux premières semaines d’août, le taux moyen atteint déjà les 85% (soit seulement 4 points de moins que l’an dernier). La demande de dernière minute a été fortement stimulée par les offres promotionnelles et les actions conjuguées du Plan de Relance Côte d’Azur France et de ses partenaires azuréens.

La tendance apparaît également bonne dans les résidences de tourisme et hôtelières, et même meilleure que dans l’hôtellerie, avec une occupation moyenne en juillet supérieure à 70%, contre 80% l’an dernier.

La fréquentation, essentiellement française avec un retour progressif des étrangers (Europe de proximité : Allemagne, Belgique, Suisse, Pays Bas, Italie), se lisse sur l’ensemble du territoire.

En montagne, la situation reste contrastée : on observe une baisse modérée de la fréquentation dans les Gîtes de France, alors que les activités de pleine nature rencontrent un grand succès.

Dans les musées et monuments, la fréquentation de juillet est en revanche en baisse de 40% par comparaison à juillet 2019, avec une stabilité voire une hausse des visiteurs français et locaux, mais une chute de plus de moitié pour les visiteurs étrangers.

Pour la suite de la saison, le comportement attentiste et prudent de la part de la clientèle touristique ne garantit pas, à ce jour, le maintien de ce haut niveau de fréquentation.

Partager

Laisser un commentaire