Le Nice Volley-Ball continue de s’enfoncer

Vendredi soir dans la salle de la palmeraie, le Nice Volley-Ball (NVB) a reçu l’équipe de Narbonne. Un duel de mal classé entre les derniers et les avants-derniers. Un match de la peur qui a tourné à l’avantage des Narbonnais 3 sets à 0. (23-25, 30-32, 27-29)

Le calvaire continue pour les Azuréens qui enchainent une troisième défaite de suite. Bien assis confortablement à la place de la lanterne rouge, ils ont relancé Narbonne. Ces derniers sont de nouveau dans la course au maintien. Maintien qui semble bien loin pour le NVB. « On y croit, on a pas le choix, nous sommes des professionnels. Dans les têtes c’est dur mais on le doit pour la ville, le club, les supporters. On a un calendrier difficile jusqu’a la fin mais on va tout donner et espérer. Ce soir, c’est un match à 6 points et on le perd  » explique désabusé Rodney Ah-Kong, le meilleur marqueur du soir pour Nice. Une défaite dans sa salle, nette et sans bavure. Une équipe malade. Entre les erreurs techniques et l’incapacité de finir un set, une spécialité cette année. Les performances sont aux antipodes de l’an dernier, où c’était les playoffs qui rythmaient le quotidien des Niçois.

Un second set décisif

5 balles de set qui auraient pu tout changer, mais à la fin c’est Narbonne qui fait la différence. Le coach Fabrice Collados a laissé ses joueurs seuls afin de créer un choc psychologique. Il n’a pas eu lieu. «  Ce soir, à l’image de notre année, on a fait beaucoup trop d’erreurs techniques. Alors oui au tableau d’affichage c’était serré mais sur le terrain on a trop subi. Ça se joue sur 1cm mais au volley c’est énorme.  » analyse le coach désemparé. Le dernier set ne fut qu’une formalité pour les Audois malgré 4 balles de match sauvées par les Azuréens. Le marasme actuel est notamment du aux problèmes de finitions dans le money-time et une réception défaillante. Surtout, c’est dans les têtes, le cadre Rodney Ah-Kong abonde en ce sens « C’est difficile dans la tête, je n’ai pas d’explication. Ils avaient plus envie que nous.  »

Un fin de saison compliqué

Plus que 5 matchs pour l’exploit, exploit dont les chances qu’il se réalise se réduit comme peau de chagrin. «  Nous faisons une saison frustrante à l’image des trois sets du soir. On ne joue pas avec la tête, et ça fait la différence. Ce n’est pas d’aujourd’hui, c’est une saison compliqué mais c’est le sport » développe le coach de la Riviera. Dans deux semaines c’est la réception du voisin cannois, un derby qui sonne comme un match de la dernière chance. Chance qu’il faudra saisir pour ne pas sombrer en deuxième division.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Vianney Masse

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message