Dijon FCO - OGC Nice (0-1) : Nice respire

L'affiche avait tout du match piège mais le Gym s'en est sorti. Grâce à un but de Lees-Melou, Nice se replace dans le top 10.

Sans victoire en déplacement depuis début novembre et un succès à Nîmes, les Aiglons souhaitent profiter d’un déplacement chez une équipe en difficulté sur sa pelouse pour essayer de recoller au bon wagon. Actuellement relégables, les Dijonnais se présentent au coup d’envoi avec une équipe offensive, eux qui partagent au coup d’envoi la dix-huitième attaque de Ligue 1 avec le Gym.

Mais, hormis dans les premières minutes, avec notamment une frappe flottante de Sammaritano de peu à côté (4e), les locaux ne parviennent que très rarement à se montrer dangereux.

Côté niçois, Danilo se met très vite en évidence mais sa tête touche le poteau (10e). Juste avant la pause, c’est encore le Brésilien qui voit sa frappe puissante repoussée par Runarsson (45e).

La deuxième mi-temps est plus animée, avec un premier rebondissement d’entrée de jeu : Sammaritano est exclu pour un deuxième carton jaune après une simulation. Le match peut alors basculer d’un côté comme de l’autre mais ce sont les Niçois qui en profitent.

Quelques minutes après l’exclusion, Sacko est bien lancé en profondeur mais voit sa frappe stoppée par Runarsson. Lees-Melou a suivi et enroule depuis les vingt mètres, dans le but vide (0-1, 60e).

Le Gym prend les devants et tient bon, s’offrant même l’occasion de doubler la mise lorsque Danilo (encore lui), est accroché dans la surface adversaire. Le pénalty accordé est ensuite retiré après consultation de la VAR.

Dans le temps additionnel, le Gym tremble, assiégé dans sa surface par Dijon. Mais au bout d’un temps additionnel interminable, Nice s’impose finalement en terre bourguignonne.

Au classement, les Aiglons remontent à la septième place du classement et respirent. Derrière eux, Montpellier pointe à deux points, et devant Reims se trouve également à deux points. L’Europe reste à portée même si il sera compliqué d’aller la chercher pour les Aiglons.

LA RÉACTION DE PATRICK VIEIRA

« C’est une satisfaction d’avoir gagné à l’extérieur, cela ne nous était pas arrivé depuis longtemps. Nous étions venus ici avec l’envie de bien faire, face à une équipe qui avait envie également de bien faire. Nous avons été solides défensivement et nos attaquants se sont beaucoup sacrifiés pour l’équipe. Pour une qualification européenne, cette victoire nous permet d’être en position de rêver. Donc nous allons continuer à essayer de rêver. »

LA RÉACTION DE PIERRE LEES-MELOU

« Nous nous étions dit que si nous voulions croire à quelque chose en cette fin d’année, ça passait pour une victoire ici. C’est chose faite. Peut-être pas avec la manière, mais on va retenir les 3 points, c’est le plus important. En première période nous étions bien en place défensivement mais nous manquions d’agressivité devant. Il fallait mieux jouer les coups. On a bien exploité l’occasion sur laquelle nous avons réussi à marquer. On va se contenter de ça ».

LA RÉACTION DE DANILO

« Je pense qu’il y avait bien pénalty, il m’a touché ! Le ralenti l’a finalement annulé. Personnellement, je progresse, comme l’équipe. Je suis ici pour aider au maximum ».

A Dijon, Stade Gaston-Gérard,
Dijon FCO 0-1 OGC Nice (mi-temps 0-0)

Affluence : 12 345 spectateurs

Arbitre : Nicolas Rainville

But : Lees-Melou (60’) pour Nice

Avertissements : Sammaritano (29’), Marié (39’) à Dijon ; Burner (66’) à Nice

Expulsion : Sammaritano (54’) à Dijon

Dijon FCO : Runarsson - Chafik (Alphonse, 81’), Yambéré, Lautoa (cap.), Haddadi - Marié, Amalfitano, Sammaritano - Kwon (Tavares, 68’), Jeannot (Kaba, 75’), Saïd

OGC Nice : Benitez - Burner, Hérelle, Dante (cap.), Boscagli - Cyprien, Danilo, Lees-Melou - Srarfi (Jaziri, 73’), Makengo (Tameze, 81’), Sacko (Coly, 90’)

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message