OGC Nice - FC Nantes (1-1) : un Gym double-face

Après deux mi-temps totalement différentes, le Gym accroche le point du nul face à une rugueuse équipe nantaise. Mais les Aiglons peuvent avoir des regrets...

Forts de leurs 5 victoires de rang avant de se rendre sur la Côte d’Azur, les Nantais présentent le visage que l’on pouvait redouter : celui d’un adversaire extrêmement difficile à manier. Présents dans l’entrejeu (65% de duels gagnés en première mi-temps), tranchants offensivement, et costauds derrière, les hommes de Vahid Halilodzic dominent le premier acte.

Dès la 3e minute de jeu, une tête décroisée de Diego Carlos fait frissonner le stade. A la 12e, le centre-tir de Fabio trouve Coulibaly, seul dans la surface. Heureusement, le Malien ne parvient pas à reprendre l’offrande. Ensuite, Moutoussamy s’illustre par deux fois, en croisant trop du gauche (15e), puis en déviant intelligemment le cuir pour Limbombé, maladroit (25e).

En face, les Niçois montrent une fébrilité inhabituelle. Derrière, à l’image de cette passe en retrait de Dante mal appréciée par Bénitez (14e), comme devant, où les choix offensifs sont rarement couronnés de succès. Il fallut attendre la 26e minute pour voir la première tentative niçoise du match, mais Dante pique trop sa tête sur un corner tiré par Lees-Melou.

Trois minutes plus tard, les visiteurs sont récompensés. A l’affût pour reprendre le cuir dans la surface, après une intervention de Dante sur Limbombé, l’intenable Moutoussamy trouve l’ouverture (0-1, 29e). Les Aiglons ont un sursaut d’orgueil dans le quart d’heure qui suivit mais ils manquent de spontanéité (Le Bihan, 44e), quand ils ne butent pas sur l’expérience - pour ne pas dire le vice, des axiaux Pallois (37e) et Diego Carlos (45e).

L’AUTRE VISAGE DU GYM

Au retour des vestiaires, le Gym revient avec plus d’intention. Plus incisifs, les Aiglons trouvent la clé sur une phase arrêtée. Précis, Pierre Lees-Melou dépose un premier centre sur le crâne de Dante, un peu trop court pour ajuster sa tête (50e). Dans une position identique, excentré côté gauche, PLM récidive 5 minutes plus tard. Arrivé comme une bombe au second poteau, Sarr convertit l’offrande (1-1, 55e).

Juste avant l’heure de jeu, les deux formations manquent chacune de faire basculer le match, chacun trouvent le montant adverse. C’est Saint-Maximin qui touche du bois le premier. Après une percussion dont il a le secret, ASM frappe fort, au ras du sol. Puis Coulibaly l’imite, d’un incroyable manqué, seul face au but vide, après un centre tendu de Limbombé.

Les hommes de Vieira intensifient leur pression en fin de match, grâce notamment aux entrées pleines de panache de Srarfi et Sacko. Mais la défense nantaise parvient, à chaque fois, à s’en sortir. Jusqu’à la dernière minute du temps additionnel, et un débordement de Youcef Atal, qui obtient un pénalty. Malheureusement, l’Algérien ne convertit pas la balle de match, butant sur Maxime Dupé, qui avait flairé le tir croisé.

Aiglons et Canaris se quittent finalement dos à dos, non sans avoir tenté de prendre les devants. En cette fin de saison sans enjeu, le Gym a encore deux rendez-vous assez corsés : d’abord un déplacement à Saint-Étienne, puis la réception du voisin monégasque pour un derby qui s’annonce plus enflammé que jamais.

LA RÉACTION DE PATRICK VIEIRA

Nous avons fait une mauvaise première période. Elle a été très compliquée pour nous. Cette équipe de Nantes a bien analysé notre jeu et nous a posé énormément de problèmes. Nous n’avons pas su jouer tout simplement. Ça a été beaucoup mieux en deuxième période. Ce n’est pas le manque d’envie qui est en cause mais la qualité de l’organisation de Nantes qui nous a posé problème. Dans l’ensemble le nul est mérité pour les deux équipes. On est déçus de rater ce penalty qui nous aurait donné les trois points, mais on aurait aussi pu perdre ce match. Le penalty ? Atal était désigné pour le tirer. Le gardien a bien joué le coup mais ça aurait pu être mieux tiré. Il était fatigué en fin de match, un autre l’aurait peut-être marqué mais je ne lui en veux pas. Si on revoit les penaltys cette saison, on en a loupé quelques uns qui étaient importants…

LA RÉACTION DE PIERRE LEES-MELOU

Ce soir, nous sommes passés par toutes les émotions. Notre première période était complètement ratée : nous étions en retard sur tous les duels, tous les ballons. Nous méritions d’encaisser ce but. A la pause, le coach nous a bien remués. Nous nous sommes dit que nous devions en vouloir plus sur les premiers comme les deuxièmes ballons, et que nous devions jouer plus simple, en lâchant plus vite la balle. C’est ce que nous avons appliqué, et ça s’est vu. Nous avons présenté un tout autre visage au retour des vestiaires. C’est dommage pour ce pénalty à la fin, car nous aurions aimé gagner le match. Après, nous aurions pu également perdre, puisqu’ils ont trouvé le poteau. C’est frustrant de partager les points, surtout à domicile et après ce genre de match...

A Nice, Allianz Riviera,
OGC Nice 1-1 FC Nantes ( 0-1 à la mi-temps)

36e journée de L1 - Samedi 11 mai 2019

16 372 spectateurs

Arbitre : Stéphanie Frappart

Buts : Sarr (55e) pour Nice ; Moutoussamy (29e) pour Nantes.

Avertissements : Atal (81’), Srarfi (86’) pour Nice ; Fabio (49’), Girotto (62’), Traoré (78’) pour Nantes

OGC Nice : Benitez - Pelmard (Srarfi 46’), Hérelle, Dante, Sarr - Tameze, Lees-Melou, Danilo (Makengo 79’) - Saint-Maximin, Atal, Le Bihan (Sacko 72’).

FC Nantes : Dupé, Fabio, Diego Carlos, Pallois, Traoré, Rongier (Evangelista 90+2’), Girotto, Touré, Limbombé (Boschilia 76’), Coulibaly, Moutoussamy (Lima 85’).

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message