OGC Nice - Montpellier HSC (1-0) : le Gym continue de rêver

Les Aiglons ont réalisé une superbe opération en dominant Montpellier, concurrent direct pour la cinquième place (1-0). Ils s'offrent le droit de continuer à rêver d'une éventuelle qualification pour la Coupe d'Europe.

La qualification pour la Coupe d’Europe est un rêve qui semble lointain au vu de la saison poussive du Gym. Et pourtant. A sept journées de la fin, Nice n’en a jamais été aussi proche. Malgré un manque d’efficacité offensive, les Aiglons s’appuient sur une grande solidité défensive.

Cet après-midi, c’est Montpellier qui se présente dans le nid des Aiglons. Emmenés par son redoutable duo Laborde-Delort, les Pailladins sont eux aussi dans la course à l’Europe, juste devant le Gym. L’affiche a tout les éléments pour en faire un match intense.

Un premier quart d’heure « moyen » et une bonne demi-heure. Voilà les grandes lignes de la première période niçoise. Un peu secoué d’entrée par le MHSC mais maintenu dans le match grâce à une superbe parade de Benitez sur une volée de Delort (14’), le Gym prend progressivement le contrôle de débats avant la pause, en montrant beaucoup d’autorité dans les duels. Une tendance illustrée par Lamine Diaby-Fadiga, dominé d’entrée de match par Hilton et dominateur par la suite. Avec sa solide carcasse, la jeune pointe de 18 ans joue pleinement son rôle de point d’ancrage. Autour de lui, le Gym met du mouvement et de la vitesse, à l’image d’un Bassem Srarfi énergique et technique dans le couloir droit (après avoir débuté dans le gauche).

Les bonnes intentions locales sont récompensées par l’ouverture du score de Dante, qui reprend parfaitement un coup franc de Cyprien (1-0, 20e). Les Niçois ont ensuite plusieurs coups à jouer avant le repos mais il leur manque à chaque fois un brin de lucidité dans le dernier geste. La constante dure tout le match...

En exploitant un contre éclair à la suite d’un coup franc pailladin, Saint-Maximin, mis sur orbite par un excellent Burner, avale 60 mètres au sprint, efface Aguilar sans le regarder mais croise trop sa frappe (27e). Ce même Saint-Maximin n’appuie pas assez sa passe pour Diaby-Fadiga, repris par Aguilar (peut-être aidé de son bras, 44e). Cyprien voit ensuite un coup franc intéressant repoussé par le mur et une bonne frappe s’envoler au-dessus.

En résumé, Nice contrôle sans être à l’abri – ce qu’une tête à côté de Laborde, bien servi par Le Tallec, vient confirmer (25e).

Les Aiglons attaquent la seconde période tambour battant. Sur un corner remisé par Danilo, Hérelle pense faire la différence d’une volée puissante, mais Lecomte s’interpose. Dans la foulée, Saint-Maximin pénètre dans la surface mais n’ajuste pas assez ses deux tentatives (47e). Deux minutes plus tard, à la suite d’une belle action collective, Lees-Melou se retrouve devant la défense, mais voit sa frappe effleurée par le portier adverse.

Le Gym ne profite pas de son temps fort pour se mettre à l’abri. Derrière, les Aiglons tiennent bon et s’en remettent à leur défense en béton. Hérelle et Dante, toujours impériaux, tiennent la baraque.

Une frappe de Mollet déviée par Dante termine sa course sur le poteau et l’Allianz comprend un peu plus qu’une belle opération passera par de la souffrance et de la sueur (78e). Un tir de Delort capté en deux temps par Benitez (80e) le confirme.

Malgré des balles de match pour Saint-Maximin et Lees-Melou en fin de jeu, les locaux s’appliquent à conserver leur avantage. Au bout d’un long temps additionnel, le Gym décroche sa treizième victoire de la saison. Et il profite des faux-pas de Marseille, Saint-Étienne et Reims pour se rapprocher, mais aussi de ceux de Rennes (et donc de Montpellier) pour les distancer.

Cinq points séparent désormais Nice et Rennes, dixième du championnat. De bon augure avant un sprint final qui verra le Gym affronter (justement) Rennes, la semaine prochaine, mais aussi Saint-Étienne lors de la 37e journée. Entre temps, Nice reçoit Caen puis Guingamp, tous les deux en lutte pour le maintien, et se déplace à Paris. De nombreux points à aller chercher pour espérer accrocher une Coupe d’Europe qui semblait si lointaine il y a encore quelques temps.

LES NOTES DES JOUEURS

Benitez : 6 : Le gardien argentin n’a pas eu beaucoup de situations à gérer. Il était présent sur les longs ballons et sur les rares offensives du MHSC. Propre

Burner : 5 : Titularisé à droite, Burner s’est montré propre défensivement mais sans apport au niveau offensif. Il est resté dans son couloir un peu en retrait comme lui a surement demandé le coach Vieira.

Hérelle : 8 : Gros match. L’ancien troyen enchaîne les bonnes prestations ces dernières semaines. Vigilant, il est l’homme du match à coup sûr. Toujours au bon endroit.

Dante : 7 : Tout comme son compère en défense central, le capitaine a parfaitement tenu son rôle. Plus même avec ce but sur une très belle tête en première période. Encore une belle prestation pour le « Commandante ».

Sarr : 6 : Sans plus. Défensivement en place, il n’a pas apporté offensivement, comme son collègue Burner sur l’autre aile, surement des consignes venant du banc.

Cyprien : 5 : Le milieu de terrain a été en dessous du niveau général de l’équipe avec des pertes de balles à notifier en première mi-temps. Passeur décisif sur le but de Dante avec un très joli coup franc déposé sur la tête de son capitaine. Sorti à cause d’un « coup reçu » à la pause et remplacé par Remi Walter (45e minute) qui a apporté son impact au milieu de terrain.

Danilo : 5 : Le milieu brésilien a été effacé dans cette rencontre. Moins en vue que les dernières rencontres, il n’a pas réussi à apporter un plus offensivement. En revanche, un investissement et une vaillance à mettre en avant.

Lees-Melou : 6 : Un peu comme ces camarades du milieu de terrain du Gym. Il aura été le plus dangereux des trois avec notamment des projections vers l’avant. A noter un beau rater en deuxième période et ce ballon oublié alors qu’il allait défier le gardien montpelliérain.

Srarfi : 6 : Beaucoup d’efforts défensifs et quelques fulgurances devant pour le jeune attaquant. Il aura tout de même donné du travail à Ruben Aguilar sur le côté gauche niçois avec ces provocations ballon au pieds. Manque de lucidité lors de la dernière passe. Remplacé par Ganago en fin de match.

Diaby : 6 : Des efforts, des efforts et toujours des efforts pour le jeune attaquant. Il aura beaucoup donné dans ce match et aura tenu tête à l’expérience du grand Hilton (41 ans) dans le combat. Précieux dans les déviations, il n’aura pas eu d’actions de but à se mettre sous la dent, du travail pour les autres. Remplacé par Boscagli.

Saint-Maximin : 6 : Un premier acte exécrable avant de se réveiller dès le début de la deuxième mi-temps. Il a raté à deux reprises un face à face avec le portier adverse mais ses folles courses vers l’avant auront fait tourner la tête des défenseurs montpelliérains. Une mi-temps sur deux.

LA RÉACTION DE PATRICK VIEIRA

« Dans l’ensemble du match, j’ai vu une belle équipe de Nice. Avec des joueurs très concentrés. Nous avons souffert dans les 10-15 premières minutes, le temps de comprendre comment défendre sur leurs deux joueurs devant qui prenaient la largeur. Mais ensuite on a su s’imposer. On s’est créé des vraies occasions, on aurait pu en mettre plus ce soir. J’ai vu un Nice très séduisant aujourd’hui. J’ai peut-être changé de système un peu trop tôt, ce qui nous a trop fait reculer. Mais ce qui est important c’est notre état d’esprit pendant 90 minutes ».

LA RÉACTION DE PIERRE LEES-MELOU

« On avait vu les résultats hier soir, on savait qu’on avait un bon coup à jouer. Nous avons attaqué le match de la meilleure des façons, nous avons surtout fait une bonne première mi-temps. Avec toutes les occasions qu’on a eues, c’est dommage de ne gagner qu’1-0 avec un but sur coup de pied arrêté et de ne pas réussir à tuer le match plus tôt.... Mais on ne va pas faire la fine bouche : nous sommes très contents des 3 points. L’Europe ? On y croit ! On a toujours dit qu’on ne baissait pas les bras et que rien n’était fini. Cet après-midi, on le prouve. Attention, ça ne va pas être facile, nous ne sommes pas déjà en Europe. Dès dimanche, un autre gros match nous attend à Rennes. Il va falloir bien se reposer et bien travailler pour ré-attaquer ».

LA RÉACTION DE GAUTHIER GANAYE

« C’était un super match. Encore une fois, on a eu la maîtrise, le ballon et beaucoup plus d’occasions que d’habitude. Le score aurait pu être beaucoup plus lourd. Nous avons été très au-dessus techniquement, il y a eu de l’abnégation, à la fin il fallait tenir bon et nous n’avons jamais rien lâché. On a aussi eu un public qui, de la première à la dernière minute, a été exceptionnel. Aujourd’hui, il nous reste 7 matchs dont 4 à la maison. Si nous reproduisons ces performances et que nous avons un tel soutien du public, nous pouvons continuer d’y croire. C’est une bonne nouvelle ».

A Nice, Allianz Riviera,
OGC Nice 1-0 Montpellier (1-0 à la mi-temps)

Affluence : 17 980 spectateurs

Arbitre : Ruddy Buquet

Buts : Dante (20’) pour Nice

Avertissements : Srarfi (83’) pour Nice ; Hilton (35’) pour Montpellier

OGC Nice : Benitez - Burner, Hérelle, Dante (cap), Sarr - Lees-Melou, Cyprien (Walter 46’), Danilo - Srarfi (Ganago 87’), Diaby-Fadiga (Boscagli 67’), Saint-Maximin.

Montpellier HSC : Lecomte - Mendes, Hilton (cap), Congré - Aguilar, Le Tallec, Skhiri, Ristic (Lasne 60’)- Mollet - Laborde (Camara 74’), Delort (Skuletic 81’).

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message