Énorme désillusion du Gym après une nouvelle défaite à domicile contre le FC Metz

Quelle déception ! L’OGC Nice affrontait hier soir la lanterne rouge de Ligue 1, Metz, sur sa pelouse. Une occasion de renouer avec une victoire à domicile après la défaite 0-1 contre Montpellier début novembre. Mais c’est tout l’inverse qui s’est produit, au lieu d’effacer ce revers à la maison, les Aiglons ont vécu un match similaire avec un nouveau revers à la clé.

En effet, l’OGC Nice a vécu un scénario semblable que contre le MHSC. En première mi-temps, les hommes de Christophe Galtier tiennent le ballon sans réussir à trouver des failles dans une défense messine agressive et bien regroupée.
C’est même Metz qui a la première occasion de cette rencontre : De Préville devance Dante côté droit et peut centrer vers Niane. Libre, le Sénégalais ne parvient pas à cadrer sa tête !
Les aiglons tentent bien de répliquer mais n’arrive pas à percer la défense à 5 de Metz. Plusieurs long ballons sont envoyés en profondeur mais les trois centraux lorrains sont toujours au-dessus.

Les grenats réussissent à contenir les azuréens et tentent de jouer en contre. Et cela va payer car Fabien Centonze va ouvrir le score après une action rapide. Servi côté droit, le latéral élimine Bard avant de lancer De Préville. Ce dernier lui remet grâce à un centre à ras de terre, Centonze ne se fait pas prier et trompe Benitez d’une frappe croisée du droit ! (31e). 0-1 pour Metz.
Les niçois vont tenter de répliquer et sont proche d’obtenir un pénalty à la 39e. Thomas Delaine crochète Delort dans la surface mais M. Letexier ne bronche pas.
Les Aiglons veulent revenir aux vestiaires avec un score de 1-1, cette fois-ci c’est Gouiri, le meilleur buteur du club, qui arrive à reprendre un ballon à la défense, il tire mais c’est contré par Bronn (43e).
Dans le temps additionnel, Christophe Galtier et ses hommes croient à l’égalisation sur une tête de Delort servi par un très bon centre de Stengs. Cependant, Alexandre Oukidja, le gardien algérien réalise une sublime parade (45+1).
C’était la première frappe cadrée de Aiglons dans ce match, et ça ne suffira pas pour revenir au score. Un 0-1 à la mi-temps mérité car Nice a buté sur une organisation messine quasi-parfaite, et à cédé sur la première contre-attaque initiée et conclue par Centonze.

Les Niçois reviennent en seconde période avec l’envie d’effacer la première. Dès les premières secondes, Stengs provoque un corner qui ne donnera rien au final (46e). Quelques instants plus tard, un nouveau pénalty est envisagé par les aiglons mais après avoir vu la vidéo, l’arbitre désigne finalement un coup franc.
Finalement, le scénario de la première période se confirme. Nice a le ballon mais n’arrive pas à percer la défense, tandis que Metz tente d’attaquer en contre grâce à De Préville. A la 56e, ce dernier sert parfaitement Niane qui est proche de marquer le deuxième but grenat, mais Niane bute sur Todibo.
Aucune action construite ne débouche sur une occasion, il faut que Rosario tente sa chance pour voir à nouveau un peu de danger sur les cages d’Oukidja (63e).
Les minutes passent, et toujours aucune faille dans la défense messine. Les niçois commencent à désespérer et à s’agacer. Schneiderlin, entré en jeu, est tout proche d’égaliser mais non... Il est servi par Gouiri dans la surface à la 78e, il parvient à déborder son vis-à-vis avant de frapper du gauche. Sa tentative passe de peu à côté !
Dans les 10 dernières minutes de ce match, le Gym tente d’utiliser les centres mais quelque soit l’homme visé cela finit toujours à côté.
La dernière occasion du match sera à nouveau pour Delort, l’Agerien reçoit un ballon lointain de Dante et reprend de la tête mais ça échoue juste à côté du poteau.
C’était la dernière chance pour Nice, le match se termine sur le score de 0-1. Défaite méritée pour des niçois sans solutions et en manque de tonicité.

Comme contre Montpellier, ils n’ont pas trouvé de solutions face à une défense agressive et regroupée. Malgré tout, plusieurs occasions auraient pu finir au fond mais une nouvelle fois, les Aiglons ont beaucoup trop pêché dans la finition ne cadrant que 4 frappes sur 18. Le FC Metz a eu le scénario dont il rêvait, et à été clinique devant les cages de Benitez.
Un match à ne pas oublier pour les azuréens car il représente bien les faiblesses vues lors des dernières rencontres. Il faudra faire beaucoup mieux contre le PSG au Parc des Princes.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire