OGC Nice : profond sentiment de honte après les chants abjectes de supporters niçois

Ce mercredi soir, les joueurs de l’OGC Nice se sont imposés sur leur pelouse face aux verts de l’AS Saint-Etienne. Malmenés 0-2 en première mi-temps, les Aiglons ont réussi à retourner la situation dans le second acte en marquant 4 buts. Néanmoins, ce succès a été masqué par plusieurs chants révoltants portés par la tribune populaire sud.

Une victoire renversante pour Nice ce mercredi soir qui malgré tout ne donne pas le sourire aux amoureux du Gym. Après le coup de sifflet final, ce n’est pas le contenu du match qui a fait débat, mais ce sont les chants infâmes et abjectes d’une partie du Kop niçois.
À un moment de la rencontre, une trentaine de personnes issues de la Tribune Populaire Sud ont chanté en évoquant Emiliano Sala, l’ancien buteur de Nantes, décédé dans un accident d’avion le 21 janvier 2019. Ces “supporters” se sont moqués allègrement de cette tragédie : ”C’est un Argentin qui ne nage pas bien, Emiliano sous l’eau”.
Un chant honteux qui contribue à la mauvaise image du club azuréen et de ses fans propagée depuis le début de la saison.
En plus d’avoir sali la mémoire d’un homme, le groupe a également insulté à plusieurs reprises Stéphanie Frappart, l’arbitre de la finale de Coupe de France. Des “Stéphanie Frappart grosse p*ute” ont été scandés maintes fois à divers moments de la rencontre.

Dans les minutes qui ont suivi la fin de rencontre, le club azuréen a publié un communiqué pour condamner ces chants inacceptables :
“L’OGC Nice condamne avec la plus grande fermeté le chant concernant Emiliano Sala entendu mercredi soir à l’Allianz Riviera. Le club ne reconnaît en rien ses valeurs ni celles de l’ensemble de la famille rouge et noir dans cette provocation impensable et abjecte d’une minorité de ses supporters. L’OGC Nice adresse son soutien à la famille et aux proches d’Emiliano Sala.”

En conférence de presse d’après-match, l’entraîneur de l’OGC Nice, Christophe Galtier, a fermement condamné les actions de cette minorité :
“Je n’ai pas d’adjectif pour définir ce que j’ai entendu. Une des premières réactions dans le vestiaire ce n’était pas des chants, pas des cris de joie, ce n’était pas un soulagement, c’est ce que les joueurs ont entendu. Je sais que le club est intervenu à travers un communiqué et au nom de mon vestiaire, de mon staff technique, de mon staff médical, de mes joueurs, on tient à présenter nos excuses à la famille d’Emiliano Sala et au FC Nantes. On peut entendre beaucoup de choses dans un stade, mais souvent, on dit que les tribunes sont le reflet de la société, si c’est ca notre société, on est vraiment dans la merde...
Je parle que de quelques personnes, mais il y en avait pas que trois, s’ils ne sont pas contents qu’ils viennent se présenter au centre d’entraînement, je leur dirai la même chose… Il y a aussi eu des insultes sur Madame Frappart, jusqu’à preuve du contraire elle ne nous a pas fait perdre la finale, nous l’avons perdu. Je ne vois pas ce que vient faire la mémoire de quelqu’un qui est décédé dans un accident tragique, c’est surréaliste.”

Après plusieurs secondes sans parler, on a ressenti une profonde émotion du coach azuréen :
“Je n’ai pas de mots, qu’ils restent chez eux, on ne peut pas entendre ça dans un stade, qu’ils restent chez eux si c’est pour insulter des morts ou lancer des bouteilles, on gagnera sans ces personnes-là.”

Sur les réseaux sociaux, la communauté des fans du Gym s’est mobilisée pour exprimer leur opposition et leur dégoût face à ces actions inhumaines.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire