Paris-Nice , la course "confinée" mais toujours attractive

En raison du confinement décrété ce week-end (13 et 14 mars) sur le littoral des Alpes-Maritimes, le parcours des deux dernières étapes de Paris-Nice a dû être modifié et déporté dans l'arrière-pays.

Côte course, Primoz Roglic, après sa victoire de mercredi à Chiroubles, a remporté la 6e étape de Paris-Nice, vendredi, maillot jaune sur le dos.

Dans un final pour puncheurs, Roglic a dominé le Français Christophe Laporte (Cofidis) et Michael Matthews (BikeExchange). Grâce aux bonifications (dix secondes distribuées au vainqueur), il a même conforté sa place de leader devant Maximilian Schachmann (2e, +00’’41). Samedi, la course partira du Broc pour s’achever à La Colmiane et dimanche elle s’élencera du Plan du Var et se terminera à Levens.

Comme prévu, la septième étape s’achèvera au sommet de la Colmiane, déjà présente sur l’épreuve en 2018 (victoire de Simon Yates) et en 2020 (victoire de Nairo Quintana). L’étape de dimanche, sera donc raccourcie (à 92,5 kilomètres), à une trentaine de kilomètres au nord de Nice, et aura la forme d’une quasi-boucle.

Avec trois ascensions de la côte de Duranus, classée en deuxième catégorie, la dernière à 8,4 kilomètres de l’arrivée, selon les précisions fournies par la société organisatrice ASO, responsable également du Tour de France.

Pour rappel, l’année passée, en raison de la pandémie de Covid-19 alors à ses débuts, Paris-Nice avait été raccourcie de sa dernière étape et s’était achevée dans la station de La Colmiane, qui accueillera samedi la 7e étape de l’édition 2021 avec une arrivée au sommet, la plus dure de l’épreuve.

Partager

Laisser un commentaire