"Sauvons le sport français" : 50 mesures pour la relance (3/6)

Le député des Alpes-Maritimes Cédric Roussel, président du groupe d’étude « Économie du sport » de l’Assemblée nationale et François Cormier-Bouligeon, président du groupe d’études "Sport", ont remis au Premier ministre Jean Castex 50 mesures pour relancer le Sport français.* A l’origine de cette initiative au nom évocateur, "Sauvons le sport", il y a la nécessaire relance économique du secteur sportif fortement impacté par la crise. Mais l’ambition des initiateurs est de donner une place centrale au sport dans notre société à travers le développement du sport scolaire, du sport en entreprises ou du sport-santé.

Mieux comprendre la place du sport en France

11- À quatre ans des Jeux olympiques de Paris 2024, lancer un grand débat citoyen sur la place du sport dans notre société.

12- Transformer l’Observatoire de l’économie du sport en Observatoire économique, social et sociétal du fait sportif.

13- Établir une cartographie des infrastructures sportives de notre pays pour évaluer leur état. Développer le sport pour tous en soutenant le mouvement sportif

14- Lancer une campagne de communication pour promouvoir la rentrée sportive et les vertus du sport en termes de bien-être, de santé, de cohésion et d’inclusion sociale.

15- Mettre en place un plan emploi/formation pour les salariés des associations sportives. Développer des formations du niveau 3 au niveau 7, ainsi que des mentions complémentaires, pouvant s’appuyer sur l’apprentissage, dans les domaines allant de l’encadrement sportif jusqu’au management, en passant par la gestion associative et l’évènementiel.

16- Créer dans les directions régionales un référent unique d’accompagnement des acteurs sportifs (fédérations, organes déconcentrés, clubs) dans la mobilisation des dispositifs de soutien de l’activité économique.

17- Nommer une mission parlementaire d’évaluation des Plans sportifs fédéraux et des Plans sportifs territoriaux de l’Agence nationale du sport.

18- Accompagner la modernisation des fédérations sportives : mode d’élection des présidents, limitation à trois le nombre de mandats de président au niveau national, féminisation des instances déconcentrées.

19- Reconnaître le rôle des dirigeants salariés et bénévoles (droit à la formation, reconnaissance des compétences).

20- Renforcer le contrôle de l’honorabilité des dirigeants, bénévoles, arbitres et maîtres-nageurs sauveteurs.

Partager

Laisser un commentaire