Le Stade Niçois prêt pour le choc face à Bourg-en-Bresse

Le Stade Niçois accueille Bourg-en-Bresse, ce dimanche (13h25). Les deux équipes sont à égalité à la première place.

Ce dimanche, le Stade Niçois s’apprête à disputer un match d’une importance capitale. Premiers du classement, les Azuréens reçoivent Bourg-en-Bresse (2e). Les deux formations sont à égalité de points, mais Nice est devant au classement, grâce à un meilleur goal-average. Cette rencontre est donc un tournant dans cette saison particulière.

En cas de succès, les protégés de David Bolgashvili et Martin Jagr prendraient une belle option sur les phases finales, et même en vue d’une éventuelle demi-finale à domicile. A contrario, une défaite pourrait plonger les Niçois à la troisième position. Les entraînements, prévus cette semaine au Parc des Sports Charles Ehrmann, étaient particulièrement studieux au vu de l’enjeu.

Un statut à assumer

En début de saison, Bourg-en-Bresse était annoncé parmi les favoris de ce championnat de Nationale, en compagnie d’Albi, Massy ou Narbonne. Nice faisait figure d’outsider. Mais les rôles s’inversent ces dernières semaines. Le Stade Niçois est devenu petit à petit le grand favori pour accéder à la Pro D2. "On n’a pas de pression, reconnaît le troisième ligne, Jonathan Mace. Il va falloir tout donner pour rester à cette première place. Les phases finales viendront si l’on est dans les quatre premiers, donc il faut garder notre première place."

Ce changement de statut ne perturbe pas les joueurs, comme le confie Jonathan Mace : "C’est quelque chose qui n’est pas arrivé par surprise. Il y a eu un recrutement de qualité. On sait que l’on a une bonne équipe, et on a fait un bon début de saison." Cette année, les Azuréens réalisent un parcours exceptionnel. Ils se sont inclinés à une seule reprise, du côté d’Albi (21-19). Dernière formation invaincue à domicile, le Stade Niçois aura à cœur de prolonger cette série victorieuse au Stade des Arboras, ce dimanche.

Une équipe revancharde face aux Niçois

La semaine dernière, Nice réalisait une performance très solide, en allant s’imposer à Bourgoin (14-20). De son côté, Bourg-en-Bresse est passé au travers, en s’inclinant à domicile, face à Massy (29-31). Les Bressans devraient donc afficher un visage revanchard sur la Côte d’Azur ce dimanche. "C’est une très bonne équipe, reconnait l’ouvreur Matthew James. Il y a deux ans, ils étaient en Pro D2. C’est une équipe complète, et cela va être un gros défi pour nous. C’est le moment de sortir un très gros match."

Buteur hors pair, Matthew James a pourtant connu un jour sans à Bourgoin, en loupant trois pénalités à sa portée. L’ouvreur néo-zélandais a lui aussi à cœur de réagir : "Collectivement, on jouait bien en première mi-temps, sauf moi. Si je marque ces points, l’écart aurait été plus grand. Je ne peux pas faire les mêmes erreurs contre Bourg-en-Bresse." D’après le capitaine niçois, la clé de la rencontre est toute trouvée : "Au rugby, les avants gagnent le match, et les trois-quarts décident de l’écart. J’espère que nos avants feront le même match qu’à Bourgoin."

La première à Nice de "Caminator"

La rencontre à Bourgoin a été marquée par le retour de Julien Caminati sous le maillot niçois. Recruté comme joker médical, le polyvalent trois-quart revient sous les couleurs de son club formateur. Le natif de Nantua possède à son actif un titre de champion de France de Top 14, à Castres, en 2018. "J’ai eu cette opportunité de pouvoir revenir à Nice, explique le joueur de 35 ans. Cela me donne beaucoup de fierté, et tout est réuni pour que mon intégration se fasse très bien. Mais mon cas personnel importe peu. Je suis juste là pour aider l’équipe."

Habitué des rencontres de haut niveau, celui que l’on surnomme "Caminator" préfère évacuer toute sorte de pression : "Que l’on gagne ou que l’on perde ce week-end, rien n’est fait tant que le championnat n’est pas terminé. C’est une opportunité de faire un pas supplémentaire vers la qualification, mais rien de plus." Pour Julien Caminati, il n’est pas question de tirer des enseignements définitifs après cette rencontre : "Le rugby est un sport d’humilité, donc il faut travailler et se remettre en question tous les week-ends pour avancer."

Les mots de David Bolgashvili

David Bolgashvili, l’entraîneur des avants du Stade Niçois, ne s’économise pas. Très proche de ses joueurs, il livre ses consignes, et n’hésite pas à monter la voix durant les entraînements. Le Géorgien sait que la rencontre face à Bourg-en-Bresse sera très engagée : "On veut gagner, mais on sait que cela va être difficile. On va rencontrer une équipe revancharde, avec beaucoup d’ambitions. On veut rester leader de la poule, mais ce qui m’importe le plus est le contenu car le championnat est encore long."

Avec Martin Jagr, l’entraîneur des trois-quarts, David Bolgashvili va devoir faire des choix difficiles pour aligner sa meilleure équipe possible. "On sent que tout le monde veut jouer, avoue l’entraîneur des avants. Certains joueurs sont blessés, et ne pourront pas jouer. D’autres ne seront pas retenus dans le groupe. Tout le monde a envie de se mesurer à Bourg-en-Bresse, et j’espère que l’on fera les bons choix." Pour cette rencontre, le coach géorgien est suspendu. Il ne sera donc pas au bord du terrain, mais dans les tribunes du Stade des Arboras.

Les infos sur le groupe, et la composition possible

Concernant la composition d’équipe, Alexandru Gordas est absent. Le pilier est sélectionné avec la Roumanie dans le cadre du Tournoi des VI Nations B. Toujours en première ligne, Sunia Vola et Louis Martin ont reçu des coups lors de la victoire à Bourgoin, mais les deux hommes devraient pouvoir tenir leur place. Le pilier Kakhaber Koberidze s’entraîne lui en marge du groupe. Pour les Niçois, le gros coup dur est l’absence de Joketani Koroi. Le puissant troisième ligne centre a été légèrement touché lors du match face à Bourgoin. Il sera remplacé par Martin Freytes dans le quinze de départ.

Au centre de l’attaque, Lionel Mapoe a ressenti une vive douleur à la cuisse la semaine dernière. Après quelques jours de repos, le Sud-Africain a repris l’entraînement, mais sa participation à la rencontre reste incertaine. Pour Matthieu Bonnet-Gonnet, la situation demeure compliquée. Touché au poignet, le puissant ailier pourrait se faire opérer, mais sa saison serait alors terminée. Son objectif est de jouer les phases finales, et il devrait donc attendre la fin de saison avant l’opération. Malgré tout, il reste diminué, et pourrait laisser sa place à d’autres joueurs en pleine forme en ce moment, à l’image d’Augustin Slowik.

La composition d’équipe possible :
Defives ; Reynaert, Mosses, Lea’ana, Slowik ; (o) James (cap.), (m) Ormaechea ; Tachat, Freytes, Mace ; Tivoli, Lasis ; Negrotto, Haupt, Vola. Remplaçants : Martin, Pouyleau, Suaud, Fontaine, Cazanave, Ricquebourg, Caminati, Guniava.

Partager

à propos de l'auteur

Jane Doe

Aucune information sur l'auteur.

Laisser un commentaire